Imprimer ceci Page

Décembre 2011

Graines de savoir

Aïcha

Nos petits grandissent et se familiarisent déjà avec les formes, les couleurs, les associations d’idées, la manipulation des crayons de couleur. Cécile est la tantie spécifiquement en charge de l’initiation aux jeux d’éveil. Elle stimule, explique, encourage, arbitre les jeux. Les enfants ont la chance de profiter des dons diversifiés de nos donateurs collectés au fil des saisons : puzzles, figurines, jouets gigognes, jeux de construction. Ils apprennent bien entendu à ranger les jouets une fois que sonne l’heure du bain.

 

 

Par tranche d’âge ou en tribu, ces jeux favorisent le développement de leurs capacités psycho-motrices et de leur sociabilisation. Les enfants bénéficient ainsi d’un accompagnement qui n’existe pas dans les classes maternelles burkinabées qui se résument bien souvent à une vaste garderie jusqu’à l’entrée en cycle préparatoire.

Apprentissage des fondamentaux

Fait non négligeable, les tanties s’expriment au quotidien sans distinction dans les deux langues : djoula et français, un atout futur conséquent pour l’enseignement scolaire et dans l’intrégration de ces enfants.

 

 

La majorité des petits burkinabés arrivent en CP sans notion d’écriture, sans connaissance du français langue d’enseignement nationale, sans l‘acquisition des mécanismes d’apprentissage et de compréhension.

Le tableau noir installé dans la salle de jeux permet aux enfants de dessiner, de reproduire les lettres ou les chiffres, de répéter en jouant.

 

Grands et petits

Les grands entraînent les plus jeunes et associent dans leurs jeux les enfants des tanties ou des camarades d’écoles. Les coloriages mobilisent particulièrement l’attention générale. Tandis que les plus grands travaillent à la précision du trait et l’agencement des couleurs, les plus petits s’essayent à la manipulation du crayon avec plus ou moins de bonheur mais avec beaucoup de ténacité.

Lien Permanent pour cet article : http://siniyele.org/?page_id=664